5 astuces d’or pour lire des partitions à vue

Lire des partitions à vue (on dit aussi déchiffrer à vue) signifie lire une partition de façon immédiate, sans avoir besoin d’y réfléchir (lecture comparable à celle d’un texte dans une langue maîtrisée).

Cette pratique souvent pose un problème et je voudrais vous donner 5 astuces simples à suivre pour installer cette capacité d’une manière habituelle.

1) Intérieurement prenez une décision de jouer un segment de la partition en entier.

Pour ce faire, avant que vous commenciez de jouer,

  • définissez le longueur du segment de la musique que vous allez jouer. Cela peut être un morceau en entier ou bien sa moitié ou, si vous n’êtes pas encore dans l’habitude de suivre les partitions facilement, que quelques mesures.
  • parcourez le segment choisi par les yeux, vite fait, sans prêter l’attention aux détails.
  • mettez-vous en position devant l’instrument (par ex. si vous jouer des claviers) ou bien avec votre instrument dans les mains, et inspirez plusieurs fois profondément et légèrement (vous pouvez aussi utiliser la technique de l’inspiration “carrée” que je vous appris dans une de mes vidéos).

Puis dites à vous-même tranquillement “Je vais jouer ce morceau de la partition couramment jusqu’au bout” (spécifiez le longueur du morceaux dans votre affirmation).

Pendant que vous dites l’affirmation, vous pouvez encore jeter un coup d’œil sur le segment entier de la musique choisi.

  • d’ailleurs, habituez-vous en général à prêter attention à votre respiration. Du stresse montant, on a une tendance de raccourcir la respiration et même de garder le souffle jusqu’à la dernière limite. Cela mène à la contraction des muscles et à la manque d’oxygène au cerveau. D’où plus du stresse, moins de concentration et finalement, on laisse tomber le tout. Donc, dès que vous ressentez que le stresse monte, inspirez profondément, le corps va se relâcher de suit.

2) Ne vous arrêtez pas.

Le problème principale dont on se met en face, en lisant ou jouant une partition à vue, est le problème d’‘arrêts. On n’arrive pas à suivre la musique sans ralentir, et encore plus souvent, sans s’arrêter.

Cela signifie que le cerveau n’arrive pas à interpréter ce que les yeux voient aussi vite que les yeux bougent.

Si cela est le cas, facilitez votre lecture:

  • choisissez le tempo plus tranquille. Il vaut mieux jouer le texte lentement mais en suivant le mouvement de musique d’une manier uniforme.
  • laissez tomber de jouer “les petites notes” (comme par exemple des appoggiatures et même des notes passagères, si le passage est exigeant au niveau technique)
  • si vous jouez du piano, vous pouvez choisir de jouer que des notes de la basse dans la main gauche et même de jouer une seule main. Avec la guitare, suivez soit la mélodie, soit la grille des accords. Vous pouvez également choisir à jouer que les notes placées sur la portée et laisser tomber celles plus bas ou plus haut des 5 lignes comme s’elle ne sont pas là du tout.

3) Ne regardez pas les mains.

Les yeux doivent “se coller” à la partition. Les arrêts arrivent dès que les yeux commencent à bouger entre la partition et les mains.

Si trop difficile, demandez à quelqu’un de cacher vos main de vue par une feuille de papier (comme par ex, sur les photos).

Comme ça, vous êtes obligés de “voir” vos mains dans l’œil interne au même temps que vos yeux suivent la partition.

Pour développer ce “double-regard” :

  • essayez de jouer des morceaux que vous connaissez déjà, avec les yeux fermés ou dans obscurité
  • amusez-vous de taper aveuglement sur le clavier de l’ordinateur. Le processus cérébral est complètement pareil : les yeux suivent le texte sur l’écran, l’œil interne suit les mains. Vous trouverez beaucoup d’exercices sur le net, par exemple un excellent jeu ici :

http://www.sense-lang.org/typing/tutor/FR_tutorial.php?key=french

Cela vous permettra d’ailleurs à écrire à la machine plus vite.

4) Regardez le texte au moins une mesure à l’avance.

Cette habitude est aussi nécessaire.

  • Pour l’entraîner, essayez de jouer à vue que des premières et des dernières mesures sur la ligne (comme si les mesures entre elles n’étaient pas là). En ce faisant les yeux ont besoin de “sauter” entre les endroits différents sur la page et pour ne pas arrêter, on commence à regarder en avance tout automatiquement.

Ce qui est aussi très bénéficiaire dans cet exercice, on laisse tomber de chercher intuitivement le “sens” de la musique.

L’habitude de lire les partitions à vue est souvent empêcher par le fait que le cerveau essaye au même temps de “comprendre” la parcours générale de la musique joué, mais cela n’est pas du tout l’idée du déchiffrage à vue. Lecture de partition ne présuppose pas de l’audition intérieure, mais seulement de la capacité à identifier les notes et indications.

Autrement dite, l’idée est de mettre la partition sur le pupitre et de la jouer :)

5) Faites 5 minutes de déchiffrage avant chaque pratique de l’instrument.

  • Déchiffrage de partition à vue est une habitude et pour l’installer, il vaut mieux à faire un petit peu, 5 à 10 minutes, de la lecture avant chaque pratique de votre instrument que de consacrer 3 heures à la lecture tout les 2 semaines.

Suivez ces conseils pendant 1 ou 2 semaines et observez comment votre lecture des partitions à vue s’améliore considérablement. Je serai très contente d’avoir vos nouvelles la-dessus :)

Bonne inspiration,
Amicalement,
Katja

P.S. La dernière remarque : l’automne avance, les températures baissent là chez nous comme à l’extérieure. N’oubliez pas de traiter vos mains avec l’amour qu’elles méritent. Faites vos vaisselles à l’eau chaude pour qu’elles se chauffent bien avant votre pratique musicale :)

10 Comments

  • Marielle

    octobre 15, 2011

    comment pourrait-on faire pour chanter la partition à vue car moi c’est ma voix mon instrument de musique?
    Merci
    Marielle Laflamme

  • Katja Keller

    octobre 15, 2011

    Bonjour, Marielle

    Les conseil d’or sont aussi bons pour le chant, sauf que vous n’utilisez bien évidemment pas les mains de la même manière que les instrumentistes. Néanmoins, les yeux doivent suivre la partition aussi.

    Une grande différence se trouve, bien sur, dans le fait que les chanteurs sont obligés d’utiliser l’audition interieure pour produire des bonnes notes. Cela va également pour quelques autres instruments, comme par ex. cor d’harmonie (Waldhorn).

    Un bon petit exercice qui peut faciliter le déchiffrage est de solmiser la partition (chanter ou éventuellement de dire les noms des notes sans les chanter).

    Et finalement, la meilleure chose est, bien sur, de développer l’oreille absolue pour que le cerveau ne se surcharge pas par le calcul des intervals. Cela aidera d’ailleurs tous, chanteurs comme instrumentistes.

  • Paul Guérin

    octobre 16, 2011

    Bonjour Katja

    Je suis chef de choeur à Lyon (3 chorales à mon actif Jazzotes – Point d’orgue – Voix du Rail

    Etant autodidacte (je n’ai jamais mis les pieds dans une école de musique) mon apprentissage de la musique et de du solfège s’est faite hors convention. C’est la pratique du chant choral à haute dose qui m’a permis de devenir le lecteur à vue que je suis aujourd’hui. L’efficacité de mon déchiffrage à vue résulte du fait que j’associe trois méthodes

    1 – la reconnaissance des intervalles simples ou complexes

    2 – la faculté de mettre un son sur une note d’après la fonction tonale de cette note

    3 – la solmisation dont vous parlez, chanter en nommant les notes. Cette aptitude m’est venu en dernier

    Selon l’endroit de la partition parcourue, l’une de ces 3 méthodes sera la plus efficace, ne me demandez pas de vous expliquer pourquoi, je n’en sais rien. Je sais seulement qu’il faut être pragmatique et e pas chercher à comprendre. Seul le résultat compte…
    J’ajoute et j’en ai l’intime conviction que lorsqu’on entend intérieurement et sans réfléchir l’intonation du VIème degré, l’affaire est dans le sac Rail)

    Merci de me dire comment vous recevez mon analyse

  • Katja Keller

    octobre 17, 2011

    Bonjour, Paul

    Oui, vous avez raison et cela va même sans dire que la pratique et la persévérance font le truc :)

    Quant à vos 3 méthodes,

    La reconnaissance des intervalles aide et on ne peut pas faire sans, si l’on n’a pas d’oreille absolue.
    L’oreille absolue, par contre, n’a pas besoin d’analyser, même intuitivement, des intervalles, on enchaine des notes de la mélodie comme des perles d’une chaînette. C’est une autre habitude, qui est plus efficace d’ailleurs pour “entendre intérieurement et sans réfléchir l’intonation du VIème degré”.

    La faculté de mettre un son sur une note d’après la fonction tonale est une faculté de l’oreille relative encore plus avancée, parce que l’on a besoin de pouvoir d’analyser au niveau harmonique ainsi que d’analyser les intervalles. Dès que les harmonies deviennent plus complexes que Tonique-Sousdominante-Dominante ou d’autre schémas habituels, d’une telle analyse va freiner déchiffrage à vue sans préparation (ce que l’on appelle prima-vista). Cette approche est quand-même très bonne si on travaille avec le morceau pendant quelque temps.

    La solmisation est bonne dans tous les cas :)

    Oui, je suis d’accord que pendant le déchiffrage à vue, il ne faut pas chercher à comprendre (le mental est trop lent par rapport à la musique en temps réel), mais la compréhension intuitive doit être installée à l’avance et cela vient avec la pratique et la persévérance.

    Bonne inspiration et merci pour votre partage.

    Amicalement,
    Katja

  • Guérin Paul

    octobre 18, 2011

    Merci pour votre réponse. Mon adresse mél a changé :

    paul.guerin@dartybox.com au lieu de paul.guerin1@dbmail.com

  • Katja Keller

    octobre 18, 2011

    Bonjour, Paul
    Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, il vous faut re-s’inscrire en utilisant votre nouvelle adresse e-mail.

  • Aude Tchameu

    juin 28, 2015

    Les astuces de Paul sont tres judicieux et simple dans leurs pratiques , cependant,les nuances et les modulations vont en etre des accidents de primauté

  • Aude Tchameu

    juin 28, 2015

    Pour un debutant, la lecture à vue c’est un casse-tete chimois,tres difficile à assoire mentalement,

  • Nick belinga

    juin 21, 2016

    Merci pour tous vos enseignants.moi je joue du piano et quelques fois pendant ma lecture, j’ai souvent du mal à suivre tout mon texte de musique parfois je me trompe de ligne et ceci me gêne à la suite de mon jeu.aussi il y a que, quand je joue seul ça passe mais dès que je suis avec le choeur je me retrouve entrain de faire les erreur. stp Katja essayez de me dire mon vrai PB.encore merci

  • Céline Pennec

    novembre 28, 2016

    Bonjour Katja

    Je joue du piano depuis quelques années. Je déchiffre moyennement, mais surtout
    je ne peux jouer sans regarder mes mains.Quand je me force à ne regarder que la partition, spatialement le résultat est catastrophique et bien sûr ça me décourage
    complètement.

    Que me conseillez-vous ?