Droit ou gauche

Vous êtes probablement au courant que l’on possède deux cerveaux qui ne sont pas identiques ?

En fait, ce ne sont pas deux cerveaux, mais deux hémisphères du cerveau dont les fonctions diffèrent.

La partie droite est responsable de tout ce qui est perceptif, intuitif, aléatoire, irrationnel, synthétique, subjectif… Ce cerveau s’intéresse à la totalité. Les « sujets hémisphère droit » se focalisent sur l’esthétique, le ressenti et la créativité.

La partie gauche du cerveau travaille avec tout ce qui est logique, séquentiel, rationnel, analytique, objectif… Ce cerveau s’intéresse aux détails. Les « sujets hémisphère gauche » se focalisent donc sur la logique, le langage, l’analyse et apprécient l’exactitude.

Par conséquent, les personnes qui utilisent fréquemment la logique (par exemple, un linguiste ou un expert comptable) sont forcément ceux dont le cerveau gauche fonctionne la plupart du temps, alors qu’un peintre ou une personne clairvoyante seront « droitiers » au niveau de leur fonction cérébrale.

Ce qui est très intéressant, c’est que les musiciens sont pour la plupart assez bien équilibrés quant à la fonction de leurs deux hémisphères. Ceci parce que le langage de la musique est à la fois très logique (« L’architecture, c’est de la musique figée », disait Goethe) et en même temps, très abstraite.

La logique de la syntaxe musicale est trop complexe pour la logique mentale de la partie gauche, si bien qu’il faut impliquer la partie droite (la compréhension intuitive) dans le travail.

En ce qui concerne l’oreille relative (ce qu’enseigne le solfège) et l’oreille absolue (ce que j’enseigne, non pas que je sois la seule au monde à le faire, mais j’appartiens à une espèce très rare), il faut souligner que ces deux types d’oreilles appartiennent à deux parties différentes du cerveau.

L’oreille relative, si elle est la première à être utilisée par un musicien, s’appuie largement sur le calcul des hauteurs des notes par rapport à une référence. C’est pourquoi de nombreuses tâches imposées par le solfège, comme par exemple la dictée ou le déchiffrage immédiat, sont difficiles, voire impossibles pour beaucoup de gens.

Intuitivement, on ne comprend pas comment utiliser le cerveau en entier.

L’oreille absolue, par contre, est une fonction de la partie perceptive (droite) du cerveau. Elle fonctionne tout à fait de la même manière que le mécanisme cérébral nous permettant de discerner les couleurs. Les enfants « absolutistes » ont ainsi assez souvent, eux aussi, des problèmes avec le solfège. Mais pas le même genre de problèmes que les autres.

En effet, apprendre le solfège avec une personne « daltonienne » au niveau du son peut être problématique pour eux. Ici encore, le manque de compréhension arrive lorsque l’enseignant et l’enfant ne parlent pas le même langage, au niveau cérébral.

Dans l’idéal, les deux « oreilles » doivent cheminer main dans la main : l’oreille absolue distingue les notes en écoutant, puis l’oreille relative analyse le langage musical en s’appuyant sur la connaissance des notes impliquées, donnée par l’oreille absolue.

Notre distinction linguistique fonctionne d’ailleurs de la même manière. Le cerveau droit perçoit les sons que l’on entend en entier (par exemple, un discours en français), puis le cerveau gauche analyse le langage et voilà ! nous comprenons ce qui est dit.

Voici pourquoi une grande partie de ma méthode est consacrée à l’activation de la perception auditive. Ce travail permet de mettre en place le fonctionnement naturel du cerveau par rapport au son et ainsi, on commence à «entendre différemment».

Assez souvent, les gens qui viennent à mes stages ou participent au stage interactif disent au début : « Nous sommes prêts à écouter les notes », mais avant tout, il faut lancer certaines nouvelles habitudes de l’écoute absolue.

À ce sujet, j’ai trouvé quelques ouvrages extrêmement intéressants que je voudrais vous recommander :

1. Oliver SACKS, Musicophilia : La musique, le cerveau et nous.

2. Norman DODGE, Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau : Guérir grâce à la neuroplasticité.

3. Jill BOLTE TAYLOR, Voyage au-delà de mon cerveau.

 

2 Comments

  • Loh-Lise

    avril 21, 2016

    Merci.. J arrive mieu a comprendre mes problème grace a ce topos.. En fait j ai l oreille absolue et mon prof ainsi que mes camarade et un peu moi-même .. Nous n arrivons pas a savoir pourquoi je suis mauvaise en dictée tonale.. Alors que en dictée atonal et en dictée d accord je suis très douée (ben oui j entends directement les note vu que j ai l oreille absolue.. ) et pourtant quand j écoute des symphonie j ai tout d suite tout en tête ! Alors je travail mes dictée tonales.. Auquel il y a une patitde rationnelle qui peut être indicatrice.. En fait je n ai développé que mon oreille absolue mais pas l oreille relatif .. Hors quand on fait des dictée tonales il est en général plus facile d utiliser l oreil relative que d attendre que ton cerveau te dise tiens ça c est un fa # puis un fa puis re#.. Voilà.. Je sais c est fure

  • Loh-Lise

    avril 21, 2016

    Merci.. J arrive mieu a comprendre mes problème grace a ce topos.. En fait j ai l oreille absolue et mon prof ainsi que mes camarade et un peu moi-même on ne comprend pas trop un truc .. (il faut savoir que jusqu’à cette année je n avais fait que trois ans de solfège étant jeune, j ai continué mon instrument sans ces cours car j étais dans une petite école et assez douée en solfège.. Bref no comment ! –‘) Nous n arrivons pas à savoir pourquoi je suis mauvaise en dictée tonale.. Alors que en dictée atonal et en dictée d accord je suis très douée (ben oui j entends directement les note vu que j ai l oreille absolue.. ) et pourtant quand j écoute des symphonie pour me détendre chez moi j ai tout de suite tout en tête ! Alors je travail mes dictée tonales.. Auquel il y a une partie rationnelle qui peut être indicatrice.. En fait je n ai développé que mon oreille absolue mais pas l oreille relative .. Or quand on fait des dictée tonales il est en général plus facile d utiliser l oreille relative que d attendre que ton cerveau te dise tiens ça c est un fa # puis un fa puis re#.. Voilà.. Je sais c est dure a comprendre.. Car voilà l oreille absolue ne fait pas tout depuis cette année je refais du solfège haut niveau mon oreille relative c est elle aussi entraînée.. Et c est vraiment top car mon seule point faible dans les épreuves de solfège c était la dictée de type tonale (normalement la plus simple pour les gens normaux..) mais bon pour moi une dictée atonale c est le pied ! Pas de rythme des note pure que j identifie direct! Si quelqu’un est dans le même cas que celui dans lequel j étais il y a encore peu on peut en parler! :D maintenant ça s arrange il me manquait tout simplement la rigueur et l entrainement du a mon manque de cours de solfège.. Alors que maintenant c est mieux ! Bonne journée et si vous avez des avis sur la question je suis preneuse:)

Leave A Response

* Denotes Required Field