Qu’est ce que l’on écoute et, surtout, qu’est ce que l’on entend en écoutant?

Marcel Proust disait : le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à voir avec de nouveaux yeux. Pour [re] découvrir le miracle du son, on n’a pas besoin de chercher de nouveaux paysages sonores, il nous faut chercher une nouvelle oreille. Elle est là, en chacun de nous, et beaucoup plus proche que l’on ose le croire.

L’oreille absolue est un acquis accessible à tous, et elle peut servir comme moyen de communication, ainsi qu’offrir une nouvelle dimension dans notre prise de conscience de la réalité.

Mais, qu’est ce que l’on écoute et, surtout, qu’est ce que l’on entend en écoutant ?

J’adore les vieux films français, tout le monde les aime, je pense. Regardez ce que j’ai trouvé dans “Le petit baigneur” (1964) et “Le jouet” (1976) :

Vos commentaires sont bienvenus. Qu’est ce que vous en pensez?

Bonne journée à tous :)
Amicalement,

Katja Keller

30 Comments

  • claude

    mai 14, 2016

    il y a aussi le bruit de la pelle,notamment sur le casier

  • claude

    mai 14, 2016

    ca ressemble au la 440

  • gf.delhomme

    mai 14, 2016

    l’adaptation de pierre richard aussi dès que les machines à écrire s’arrêtent, j’aime bien.

  • guillaume

    mai 14, 2016

    Salut Katja!
    Ce que j’en pense moi, pas grand chose car je suis en train d’écouter avec mes oreilles le dernier Bill Evans et j’en reste pantois en tous cas, et je le recommande à tout un chacun. Bises

  • laure

    mai 14, 2016

    Bonjour Katja,

    C’est un réel plaisir de voir ces extraits de films mais en même temps pour moi c’est insupportable au niveau des sons.

    Un mélange de cris, de tapotements sur bidon, enfin presque faire une crise de nerfs dans une cuisine en balançant tout en l’air.

    quant au second, le bruit que j’entends représente un gros orage, une très forte pluie, et l’affiche que l’on voit en sortant est assez drôle.

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    Bonjour, Denis

    Oui, un certain effort est nécessaire pour acquérir des nouvelles capacités et pouvoirs. Je doute que vous pouvez vous rêver une oreille absolue sans bouger. Par contre, l’acquisition de l’oreille absolue ne se passe pas au prix de vos émotions, ressentis, histoires etc. L’écoute musicale s’enrichie grandement quand vous développez la capacité de vous orienter dans l’espace sonore. C’est comme apprendre à voir en couleurs au lieu de noir/blanc.

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    Bonjour, Laure :) L’écoute absolue est parmi d’autre chose une maîtrise de l’attention auditive. Si les bruits vous dérangent, vous savez vous accrocher à ce qui me fait plaisir au lieu de rester esclave des irritants. Dans le cas des films, c’est l’aspect comique qui me parle surtout :)

  • Isabelle

    mai 14, 2016

    Bonjour Katja,

    en lisant votre mail, j’ai regardé la 1ère vidéo (Petit baigneur) et j’ai pensé, quelle note joue cette pelle fen fer rappée sur le mur ou les meubles, quelles notes peut-on reconnaître dans le bruit des bouchons tirés des tubes…je l’ignore mais j’ai cru que c’est cela que vous attendiez, que nous donnions la note…et puis pour « Le jouet »…le bruit des machines à écrire m’a fait penser à une chute d’eau ou une pluie battante…
    Des commentaires ?

  • Alain

    mai 14, 2016

    Quinte descendante si je ne m’abuse pour le jeu du « Petit baigneur », c’est drôle, De Funes était un excellent pianiste parait-il. Trop de bruit, pas d’écoute. « La musique, c’est du bruit qui pense » Victor Hugo. Por moi-moi, la plus belle définition.

  • Guyllian

    mai 14, 2016

    Les vieux films français sont les meilleurs :)

  • Ferlet laurent

    mai 14, 2016

    Pour le petit baigneur, l’idée du bruit « plop » vient probablement des acteurs qui ont du par hasard essayer et en rire, et l’intelligence du réalisateur qui a garder cette drolerie au montage.

    Pour le jouet, c’est vrai que l’affiche « silence on travaille » associée au bruit infernal c’est assez drole.

  • Gérard PERGET

    mai 14, 2016

    Le son des deux tubes est quelque chose d’intéressant. Qui n’a pas un jour répété de nombreuses fois un geste pour le bruit qu’il produisait. A un moment un son ou une suite de son nous interpelle, et nous répétons ce son.
    Dans le jouet, nous avons un aperçu des conditions de travail anciennes où effectivement le problème du bruit n’était nullement pris en compte. Le contraste avec la pancarte silence est comique, mais le fait est réel. Mais, maintenant qu’il y a des lois au travail, les jeunes trouvent le moyens de se détruire la santé en allant en « boite » où le volume sonore est absolument insupportable et surtout, surtout, très nocif pour nos organismes. Sont-ils plus bêtes encore que nous???

  • Michel

    mai 14, 2016

    Bonjour,
    effectivement très amusant Pops …

    Katia, j’ai vu une partie des vidéos d’intro, mais celle-ci m’ont pas convaincu par excès d’explication non concrète !

    Bien à vous
    Michel

  • Johan ABIT

    mai 14, 2016

    Dans le premier extrait, j’entends deux notes de musique émises par quelque instrument primitif comme des instruments en bambou par exemple.

    Le deuxième extrait me fait penser à une forte pluie (le bruit émis par les machines à écrire).

  • Véronique

    mai 14, 2016

    moi aussi j’ai entendu le plop, mais également les voix des acteurs, et aussi le bruit des crayons qui tombent, le bruit des chaussures qui descendent l’escalier en acier, et le bruit du papier déchiré et jetté par louis de funès. dans le petit baigneur.
    dans le jouet on entend le son des machines à écrire, la pancarte silence on travaille » le silence des machine et pierre richard qui parle fort, et enfin le bruit de ses chaussures qui grincent.

  • gabriel

    mai 14, 2016

    je ne comprends est ce que cela a un rapport avec l oreille absolue ?que devrais je entendre
    éclairez moi
    g

    Katja: L’écoute absolue, cela veut dire “être présent” (au niveau auditif). Le chef, même en étant hors de soi en colère, remarque qu’un tubus produit une note quelques tons plus bas qu’un autre. Le plus comique dans cette scène, je pense, est qu’il n’entend pas ce que lui dit le constructeur du “Petit Baigneur”. Dans “Le Jouet”, le signe “travaillez en silence” semble être absurde et comique, puisque l’on est perpétuellement entouré par les bruits forts des machines à imprimer.

  • nidles

    mai 14, 2016

    Bonjour,

    Quand j’ai lu votre proposition pour acquérir l’oreille absolue puis l’écoute absolue, je me suis remémoré ces personnes qui ont le « pouvoir » inné de coller un nom de note à n’importe quel son émis, y compris un bruit de la vie courante. Moi-même musicien passionné amateur, Je me suis dis que cela me serait bien utile, notament pour trouver les gammes et improviser plus facilement…Et puis j’ai compris qu’un travail contenant plusieurs étapes était nesséçaire pour commencer à peut-être comprendre …alors, par manque de temps, je ne me suis pas engagé. J’aimerais néanmoins vous poser une question : Quand j’écoute un morceau de musique aujourdh’ui, je peus être séduis par des émotions, des images, une histoire,…Est-ce que le fait d’expliquer, d’expertiser, de segmenter l’audition,… ne retire-t-elle pas la magie à l’écoute musicale ?

  • Patrick Pottier

    mai 14, 2016

    Merci pour ce partage, génial, c’ est orchestral, rien ne me dérange dans les sons de ce passage de film; c’ est plein de vie,le rythme des machines à écrire devient beau, et il me viens en audiolise des idées symphoniques, et j’ entends bien le silence derrière ces sois disant bruits… Merci.

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    L’écoute absolue, cela veut dire « être présent » (au niveau auditif). Le chef, même en étant hors de soi en colère, remarque qu’un tubus produit une note quelques tons plus bas qu’un autre. Le plus comique dans cette scène, je pense, est qu’il n’entend pas ce que lui dit le constructeur du « Petit Baigneur ». Dans « Le Jouet », le signe « travaillez en silence » semble être absurde et comique, puisque l’on est perpétuellement entouré par les bruits forts des machines à imprimer.

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    Je pense aussi que dans le Petit Baigneur les « plops » sont une improvisation des acteurs :)

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    Certes ! :)

  • GUERIN Christiane

    mai 14, 2016

    Bonjour, pour moi, j’ai remarqué comment De Funes, dans sa « fureur » reste sensible à la musique des 2 sons des tubes et dans le second extrait, l’impact sur l’attitude de l’acteur, de l’arrêt des machines à écrire. Dans les 2 cas, ils retrouvent pour un court moment leur humanité.

    Pour ma part, dans le bruit des machines par exemple, j’entends la pluie qui tombe fort. Il m’arrive souvent d’accepter les bruits environnements sur lesquels je ne peux avoir d’impact et d’y chercher au-delà, quelque chose à entendre ; sinon, je mets mes écouteurs et j’écoute Bach :))

    Merci Katja pour ce partage.

  • edouard

    mai 14, 2016

    bonjour katja mon avis je joue de la batterie moi c’est le geste lier a l’écoute que j’aime bien ces très drole

  • Eliane

    mai 14, 2016

    Si l’annonce « oreille absolue » n’avait pas fait écho à cette vision de séquence, j’aurais probablement entendu une suite de bruits d’où émergent des signes comiques (ce sont des acteurs comiques qui les animent )
    Mais j’ai tendu l’oreille spécifiquement, j’ai (mon attention auditive a ) filtré, sélectionné , été sensible au comique de la production, entre autre sonore.
    Joli Pops ! plaisir de la découverte sonore inopinée. Retour à l ‘enfance où on se satisfait de ces joies au monde qui nous entoure.

    Ai-je ou n’ai-je pas pour autant l’oreille ? et l’oreille absolue, pour en faire quoi absolument ? En quoi ces 2 saynètes me donneraient envie d’aller plus loin ? vers plus d’absolu ? vers l’enfant qui est en moi ?

    Merci pour cette égarement autour d’un POPS…

    Si o

  • Hortense

    mai 14, 2016

    Hortense
    Bonjour Katja!!
    Merci pour le partage,
    Tout le monde peut être sensible à un son ou une musique peu importe son humeur …
    Peu importe le bruit environnant, le silence est en nous, à nous d’aller la chercher…
    cordialement

  • Xirn'

    mai 14, 2016

    La pelle : ré
    Les deux tubes : do, puis fa
    1:42 où elle est nicole niCOLE Do#… niCOLE ! Fa

    just sayin’.. c’est rigolo ‘-‘

  • Katja Keller

    mai 14, 2016

    « et l’oreille absolue, pour en faire quoi absolument ? En quoi ces 2 saynètes me donneraient envie d’aller plus loin ? vers plus d’absolu ? vers l’enfant qui est en moi ? » Je dirais… Les 2 saynètes sont drôles, voila tout :) On dit en danois que dans chaque blague il y a une partie de vérité. Il y en a aussi une partie de blague. On peut rire, on peut réfléchir…
    pourquoi est-ce que l’on fait des voyages? pourquoi est-ce que l’on cherche des nouvelles choses et expériences? Et en fin, pourquoi « travaillez en silence » apparait ridicule au plein milieu du fracas des machines à écrire? Et plus loin vers l’absolue: quand j’écoute, moi, qu’est ce que j’entends en réalité?

  • Nabla

    mai 14, 2016

    On entend surtout beaucoup les médiums et les aiguës de la bande audio, avec des bruitages à l’ancienne. Surprenant lorsque l’on est habitué aux formats actuels ;)
    Mais ceci dit, c’est toute mon enfance et je reste très client de ce genre de film. Merci à vous pour cette surprenante et plaisante invitation au rire.
    Nabla

  • Marie

    mai 14, 2016

    Bonsoir Katia,
    Dans le petit baigneur, j’entends un la pour le coup de pelle et do, sol pour les tubes.

  • Anne marie

    mai 16, 2016

    Tous les sons peuvent devenir musique il faut être attentif.Merci pour nous avoir fait écouter ces vidéos.