Musique de la Grèce Antique

 

Katja Keller

Parfois, on se pose des questions d’où vient notre musique, d’où vient les modes, les gammes, les harmonies qu’on écoute. Comment s’est formée notre notation musicale ?

Les réponses ne sont pas simples, mais contemplons l’étymologie : les mots même, comme « musique », « mélodie », « harmonie », « symphonie », « polyphonie », « rythme », « ton » ainsi que la majorité d’autres termes viennent de la langue grègue. Il serait logique de chercher les racines dans la culture de l’Hellade.

La notation musicale s’est formée en Grèce antique vers le IIIe siècle av. J.-C. Deux systèmes co-existaient en parallèle — l’un pour la musique vocale, l’autre pour les instruments.

Chacune couvera un peu plus de trois octaves. Comme les symbols des notes, on utilisa les lettres de l’alphabet grec et d’autres caractères. Dans les partitions pour la voix, on les plaçaient sous les syllabes du texte. Les notions rythmiques s’écrivaient au-dessus des notes.

La traduction des textes anciens est une affaire très complexe. Si les théories existantes grâce aux travaux d’Aristoxène de Tarente, d’Aristote ou de Nicomaque de Gérase permettent de restaurer les « suites de notes » presque sans doutes, les rythmes, la mesure, le tempo posent beaucoup plus de questions sans réponses évidentes.

Pourtant, les chercheurs supposent d’avoir trouvé certaines lignes directrices en analysant les œuvres poétiques de l’Antiquité et les feuilles de papyrus retrouvés en Égypte, Grèce et Turquie au XIXe et XXe siècles.

Parmi les scientifiques les plus connus du domaine, est musicologue William A. Johnson du Département des Études Classique de l’Université de Duke qui a enregistré plusieurs mélodies avec un degré élevé d’authenticité.

Par exemple, voici la chanson sur une jeune fille, des violettes, des jonquilles (tout cela indique que c’est une chanson d’amour), l’art du tir à l’arc, des animaux et une Prophétie :

Le texte de la chanson était noté sur le papyrus du IIe siècle.

Voici un exemple rare du pièce pour l’aulos, instrument à anche double (proche d’un double hautbois) :

Puisque le fragment est assez difficile à exécuter, on suppose que le papyrus appartenait à un musicien professionnel.

  Plusieurs ensembles des musiciens modernes ont tenté d’enregistrer leurs versions des morceaux de la musique ancienne de la Grèce.

Par exemple, L’Atrium Musicae de Madrid ont publié le Premier hymne delphique a Apollon (sa partition quasi complète était découverte à Delphes, par Théophile Homolle de lÉcole française d’Athènes en 1893) :

Le deuxième hymne à Apollon, trouvé également en 1893 à Delphes, était enregistré pas Petros Tabouris, musicien, compositeur et musicologue moderne d’Athene :

En France, les musiciens les plus connus qui interprètent la musique ancienne grec sont ceux de l’ensemble Kerylos (www.kerylos.fr)

Plus à lire sur le sujet :

Annie Bélis, Les Musiciens dans l’Antiquité, Hachette, Paris, 1999

Annie Bélis, Article Harmonique in Jacques Brunschwig et Geoffrey Lloyd (préf. Michel Serres), Le Savoir grec : Dictionnaire critique, Flammarion, 1996, p. 352 à 366.

Barker, A. 1989. Greek Musical Writings, 2 vols. Cambridge. A compilation and translation of the ancient sources on Greek music.

François Gevaert, Histoire et théorie de la musique dans l’Antiquité (Anoot-Braeckmann, à Gand)

Louis Laloy, Aristoxène de Tarente et la musique de l’Antiquité (Lecène et Oudin)

Jules Combarieu, Histoire de la musique (Armand Collin)

West, M. L. 1992. Ancient Greek Music. Oxford.

Plus à écouter :

Musique de la Grèce antique. Gregorio Paniagua and Atrium Musicae de Madrid. Harmonia Mundia. 1979. (CD)

Music of Ancient Greece. Christodoulos Halaris and instrumental ensemble, vocal soloists. Orata Arangm. 1992. (CD)

Musiques de l’Antiquité Grecque. Annie Bélis and the Kérylos ensemble. K617. 1996. (CD) The most operatic rendition (too slow, but interestingly suggestive).

Music of the Ancient Greeks by De Organographia (Gayle Neuman, Philip Neuman, William Gavin.) Pandourion Records. (CD) 1997.

6 Comments

  • Christiane

    novembre 1, 2016

    Merci beaucoup Katja pour cet article passionnant.

  • Marc Tremblay

    novembre 2, 2016

    Merci Katja pour ce partage.

  • Martine

    novembre 2, 2016

    Merci Katja. Très intéressant de découvrir que cette musique existait déjà il y a si longtemps

  • Pierre V

    novembre 4, 2016

    Oui, merci Katja pour ces envois périodiques de fragments de culture musicale.

  • Gerard Binet

    novembre 7, 2016

    Encore une fois, belle générosité de votre part! Merci de rendre accessible
    toutes ces informations particulières. J’ai chaque fois l’impression
    que vous êtes la seule a avoir par vos recherches et votre passion.
    Je ne suis pas dans le domaine de la musique mais votre enthousiasme
    et votre pedagogie m’ont conquis. Merci, grand, grand.
    Gerard Binet

  • Bruno

    novembre 11, 2016

    Merci Katya! Je connaissais peu la musique de la Grèce Antique, mais je vois comment c’est une musique riche! Je savais que le nom des modes était issu du Grèce, mais sans plus!

    N’hésite pas à visiter mon blog sur la composition musicale! ;)

    Bruno