Bonjour,

Hier, j’ai regardé un film sur Céline Dion que je voudrais vous recommander.

Il m’a beaucoup plu. Vraiment beaucoup.
Si sa maladie (le syndrome de la personne raide, ou SPS) est extrêmement rare, avec un cas sur un million, une voix comme la sienne l’est encore plus, une fois sur des dizaines de millions. Et combinée à une virtuosité exceptionnelle dans l’usage de son instrument, on parle probablement de centaines de millions.

Sans aucun doute, une oreille absolue. Évidemment, une maîtrise totale des langues (le français, sa langue maternelle, l’anglais et la langue de la musique).

Manifestement, une maîtrise parfaite de la rythmique de ces langues. La manière brillante dont elle improvise – toujours, pas seulement en studio ou en concert – témoigne de sa liberté.

Tout cela, nous le voyons non seulement dans les enregistrements de concerts, mais aussi dans de petits moments de la vie quotidienne, comme des conversations avec ses fils ou avec son majordome (il y a beaucoup de ces scènes dans le film, une rare opportunité de voir de plus près la vie de la chanteuse). Céline chante toujours, elle chante comme elle respire.

C’est précisément cela qui rend si douloureux de voir sa souffrance – l’impossibilité de chanter.

Je pensais : quelqu’un d’autre aurait laissé tomber, serait parti à la retraite bien méritée, car elle peut vivre plus ou moins confortablement, mais il serait au prix que Dion ne peut pas se permettre de payer – renoncer à son chant.

Et pourtant, ce qui m’a frappé encore plus que la voix fantastique de Céline, c’est l’absence totale d’ego. Une superstar de la scène qui vit non pas pour elle-même, mais pour la chanson.

Sa vision d’elle-même comme un pommier résonne profondément dans l’âme : je donne des pommes aux gens, ils viennent et reviennent sans cesse, et il n’y a pas de fin. Même si je n’ai plus autant de fruits, même s’ils ne sont plus aussi bons qu’avant, je dois tout donner. C’est une image presque biblique qui touche et inspire – combien de fois rencontrons-nous quelque chose de semblable ?

C’est un film sur une volonté de vivre pour le chant inébranlable, même si Céline semble demander pardon à nous, ses auditeurs, pour son silence forcé.

Et pourtant, ce n’est pas un film triste, car il y a de l’espoir que Céline revienne, peut-être même très bientôt (des rumeurs circulent qu’elle chante possiblement lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Paris). Que ce serait merveilleux!

Entretemps, le documentaire d’Irene Taylor Brodsky, “I am : Céline Dion”, la lettre de l’artiste à son public, peut se voir sur Amazon Prime.

En vous souhaitant une belle et douce journée,
Katja Keller

Leave a Reply

Your email address will not be published.